Actions OPEN DATA
Just another WordPress site
Actions OPEN DATA Header Image

L’ Open Data

Nous avons constaté notamment avec le lancement de l’appel à projets que notre réseau reste assez limité et est orienté développeurs, indépendants plutôt que PME. Lorsque c’est Nantes qui assure la communication d’un projet, celle-ci touche un plus grand nombre de personnes. Or nous avons besoin d’étendre la communauté. De plus, il s’agit de la logique de l’open data que d’améliorer les relations entre l’administration et ses usagers à travers une communication directe, qui doit désormais se développer sans Libertic.

Nantes a bien un Community Manager sur le projet open data aujourd’hui. Mais la politique de communication de la ville en ligne l’empêche d’exercer son métier, à savoir gérer l’interaction en ligne ! Pour obtenir l’autorisation de répondre à une question en ligne, il faut faire valider la réponse en interne à plusieurs niveaux, éliminant toute possibilité de réactivité. Et lorsque des articles paraissent critiquant les initiatives de la ville (et sans que les journalistes ne pensent jamais à la contacter pour obtenir des réponses ou vérifier l’information), nous avons dû répondre nous-même pour ne pas laisser libre cours aux interprétations erronées. Aujourd’hui, les internautes nous interpellent en ligne lorsqu’ils ont des questions ou des problèmes avec le projet open data nantes. Parce qu’ils savent qu’ils auront une réponse et que c’est la moindre des choses que l’on puisse attendre d’une relation de confiance qui doit s’instaurer autour de la réutilisation des données.

Sauf qu’à passer par un tiers, celui-si se retrouve pris entre deux feux et la relation de confiance ne s’établit pas avec la ville mais avec Libertic. Nantes Métropole devrait donc considérer urgemment de développer enfin une stratégie de communication interactive en ligne afin de ne pas laisser à des tiers son travail relationnel, qui en l’occurrence a pu lui porter préjudice. Il s’agit de la seconde phase de l’open data : le développement de la participation et l’animation de la communauté, cela passe par une communication décomplexée, c’est à dire une communication 2.0 où nous aurions enfin quelqu’un au bout du fil.

De même pour la TAN, qui a eu la gentillesse de nous convier à une réunion d’explication, se refusant à s’expliquer en ligne afin « de ne pas alimenter la polémique ». Et laissant une fois de plus des tiers s’exprimer à sa place. Il va être difficile de maintenir le dialogue avec les réutilisateurs de données sans communication en ligne…

En conclusion, ce n’est pas la TAN qui est en cause sur le sujet (bien qu’il y ait encore de sérieux efforts à fournir sur la qualité des données et documentation mais c’est en cours), c’est un système de communication et de gestion de l’écosystème inadapté. Bientôt une nouvelle donne ?

Recent Posts

Recent Comments

Archives

Categories

Meta